Revue de littérature n°23 : fin août/septembre 2020

Une petite étude en cross over  alternant 2 techniques de préoxygenation dans un contexte d’induction séquence rapide.

Le premier bras comportait l’usage d’un masque à oxygénation associé à des canules nasales (10L/min) avec le retrait des 2 sources d’oxygène.

Le deuxième bras comportait le même dispositif de pré oxygénation avec le retrait uniquement du masque.

Les auteurs ont ainsi pu mesurer le temps écoulé avant la perte de la préoxygénation dans les 2 groupes. Le temps écoulé était deux fois plus élevé dans le groupe « Maintien de la canule nasale » soit un temps médian d’environ 40 secondes.

Cette étude certes de faible puissance (faible population) permet de rappeler l’importance de maintenir une préoxygenation suffisante avant d’envisager une IOT en ISR .

Nous connaissons tous l’usage de l’acide tranexamique dans un contexte de choc hémorragique sur un polytraumatisé ou dans un contexte d’hémorragie de la délivrance. Les auteurs se sont questionnés sur son potentiel effet bénéfique sur les hémorragies digestives.

Cette méta analyse comportant 13 essais cliniques,  objective de manière significative une réduction des saignements continus (RR = 0,60 ; 95%CI, 0,43-0,84), une réduction d’intervention endoscopique urgente (RR = 0,35 ; 95%CI, 0,24-0,50) et une réduction de la mortalité (RR = 0,60 ; 95%CI, 0,45-0,80) par rapport au placebo.

Ainsi, l’acide tranexamique pourrait être désormais une bonne alternative dans la prise en charge des saignements digestifs hauts. L’impact sur les saignements digestifs bas reste tout de même à évaluer.

Étude observationnelle multicentrique rétrospective de cohorte sur 9 services d’urgences se trouvant aux Etats-Unis.

Le but de l’étude était de développer un outil pronostic des patients atteint de COVID 19 aux urgences concernant la défaillance respiratoire dans les 24h.

La définition de la défaillance respiratoire était une nécessité d’une oxygénation à plus de 10L.min aux urgences ou autres nécessité de ventilation invasive ou non invasive (optiflow, VNI), ou décès .

Critères d’inclusion : patients COVID + 14 j avant ou 24h après l’admission  par PCR, tout venant de plus de 18 ans.

L’outil pronostic nommé qCSI « quick COVID severity index » était composé de 3 éléments facilement évaluables aux urgences :

  • Fréquence respiratoire < 22 ou > 28
  • Saturation en 02 <92 ou < 88
  • Oxygénation en L.min  < 2 ou > 5-6L.min

Sur 12 points, classés en risque bas, intermédiaire et élevés de défaillance respiratoire à 24h.

Un cut-off pour risque élevé a été défini pour > 8 avec une spécificité de 0.99 et un RR à 8.36 (7.98-8.76)

Cet outil paraît intéressant en particulier pour l’orientation des patients aux urgences avec des critères cliniques rapidement évaluables.

Certaines limites cela dit : outre le design de l’étude rétrospective, les comorbidités pas forcément intégrées dans les données pouvant augmenter les biais par exemple.

  • Bref rappels sur l’acide tranexamique

: L’acide tranexamique est un inhibiteur de la fibrinolyse en bloquant la synthèse de plasmine (dont le rôle est de lyser la fibrine). Une diminution de la mortalité a été constatée si son administration survenait dans les 3heures d’un traumatisme à risque hémorragique.

-Réduction des saignements post opératoires

-Réduction des  besoins transfusionnels post  pontage coronarien, pendant les opérations d’oto-rhino-laryngologie, de chirurgie orthopédique, de neurochirurgie et de transplantation du foie

-Prise en charge de l’hémorragie de délivrance (> 500 ml après un accouchement par voie vaginale ou après une césarienne).

-Traitement possible des saignements menstruels abondants,

-Prise en charge de l’hémophilie.

Plusieurs études  (prospective, rétrospective, série de cas) se sont concentrées sur son efficacité sur les hémoptysies non massives. La nébulisation de l’acide tranexamique constitue  désormais un traitement sûr et efficace de l’hémoptysie non massive par rapport au placebo avec de meilleurs résultats par rapport à la forme systémique par son délai d’action plus rapide et pourvoyeur d’effets indésirables moins importants (en particulier des thromboses).

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
35 ⁄ 7 =