Pourquoi choisir urgences à Bordeaux ?

Tu te poses encore la question du DES MU à Bordeaux ??

Cette rubrique va dissiper tes doutes… 

  • C’est quoi le DES de Médecine d’urgence ?

La médecine d’urgence en France est une spécialité médicale jeune qui est au centre de nombreux enjeux sociétaux et qui est en plein mouvement. Malgré le fait qu’elle soit reconnue depuis plusieurs années comme une spécialité dans 19 pays européens et dans de nombreux pays dans le monde (Etats-Unis ++), il aura fallu attendre le 13 novembre 2015 pour voir naître le DES MU en France et sa première promotion d’internes en 2017.

Cette spécialité présente de nombreux avantages dont celui d’être très transversale et pluridisciplinaire. Elle ouvre la porte à une pratique médical variée entre gestion rapide d’une défaillance vitale aigue, réalisation de geste thérapeutique et

/ou diagnostique, analyse et réalisation d’imagerie médicale (Echographie ++), etc…

Elle nécessite alors une connaissance régulièrement mise à jour sur les principales pathologies des différents organes du corps humain. 

Le métier de médecin urgentiste se décline en 4 principaux secteurs d’activités : 

-Le centre 15 : siège de la régulation médicale, savoir gérer et orienter à distance des situations médicales urgentes, savoir reconnaître et identifier les patients graves qui nécessitent une prise en charge médicale pré-hospitalière urgente. 

-Le SMUR : équipe d’intervention réduite (médecin, infirmier, ambulancier) qui a pour mission de prendre en charge en urgence un ou plusieurs patients hors de l’hôpital afin de réaliser les premiers traitements/gestes puis de le ou les conduire au centre hospitalier le plus adapté à leur pathologie.

-Les Urgences : travailler en équipe afin de prendre en charge efficacement un flux constant de patients, identifier des signes de gravité, s’adapter à chaque situation/patient, utiliser différentes modalités thérapeutiques variées (Réduction de Luxation, Antibiothérapie, Choc électrique externe, suture, ponction, drainage, etc…). Utiliser avec efficacité et justesse le plateau technique hospitalier.

-La médecine de catastrophe : formation à la gestion/organisation en cas de crise sanitaire, catastrophes naturelles, attentats, etc…

En tant que médecin urgentiste il est possible de travailler à la fois sur ces 4 secteurs d’activités mais aussi uniquement sur un seul.

Et encore tellement d’autres ! 

Choisir la médecine d’urgences c’est aussi s’ouvrir des portes dans des modes d’exercices sortant de l’ordinaire ou le profil polyvalent et adaptatif est extrêmement prisé : médecine humanitaire, encadrement d’événements sportifs, rapatriement sanitaire, médecine d’expédition… A toi de te construire le parcours que tu désire, changer d’avis, évoluer, acquérir de nouvelles compétences… Bref, la porte des possibles est ouverte ! 

Et choisir une spécialité jeune cela veut dire que beaucoup de choses sont à construire. Tu aimes enseigner ? Une activité de recherche te plairait ? Pas de soucis tu es au bon endroit. 

Si tu le souhaite il existe aussi des travaux de recherche et d’étude sur les nouvelles recommandations, un travail de création de nouveaux protocoles de soins, la participation à des réunions concernant l’organisation et la gestion de ton centre hospitalier, une société française dynamique et en constante évolution avec de nombreux travaux en cours et des commissions scientifiques et jeune actives. 

Et pour plus tard : formation continue, simulations, travail pluri générationnel, interne et externe à tes côtés pour apprendre avec toi… 

Bref : si tu as peur de la routine, que tu aime quand ça bouge, avoir des compétences tant théoriques que techniques pluridisciplinaires, le travail d’équipe, varier tes modes d’exercices…
Mais qu’attend tu ? Rejoins nous !  

  • Pourquoi Bordeaux et sa région ?

Bordeaux est le chef lieu de Gironde, au coeur de la région Aquitaine.

Du fait de l’excellence de sa formation et de sa qualité de vie hors pair, Bordeaux est une ville très prisée aux choix post ECN.

Etre interne à Bordeaux c’est pouvoir profiter d’un cadre de vie, que beaucoup envient, dans cette ville qui en 15 ans a connu plus de changements qu’aucune autre en France. Beaucoup d’argent et d’énergie ont été consacrés à la reconquête du centre de la ville qui s’est retournée vers le fleuve. Les façades ont été restaurées pour retrouver l’éclat de la fameuse « pierre de Bordeaux », un calcaire blond ou crème unique qui met en exergue son architecture classique. Les trams se faufilent désormais sans bruit dans les rues, avec leurs têtes arrondies d’orques. La modernité s’est partout invitée dans cette ville qui a longtemps pensé que son histoire suffisait à sa gloire. Elle sait désormais qu’il n’en est rien. 

C’est vivre dans une ville très abordable. Ses nombreux bars et restaurants de qualité occuperont à merveille vos temps libres. Oui, la vie nocturne de Bordeaux n’a rien à envier aux autres grandes villes. C’est la ville de France qui compte le plus de restaurant par habitants ! Et c’est aussi la certitude de trouver un vin à son goût !   

L’aquitaine, 3ème région française par la superficie, est aussi une des régions qui offre un éventail de paysage des plus variés : 

-La côte Atlantique dite « côte d’argent » : de la frontière espagnole à l’estuaire de la Gironde, ce sont plus de 300 kilomètres de côte qui s’offrent à vous, seulement interrompues par le bassin d’Arcachon (et la dune du Pyla) et le golfe de Saint Jean de Luz. Autant dire qu’il y a de la place pour aller faire bronzette tranquille ou aller taquiner les rouleaux. L’apéro huîtres / vin blanc sur le bassin d’Arcachon à 30 minutes du CHU, qui rêve de mieux ?

-Les Pyrénées : En hiver comme en été, il y a toujours de quoi s’occuper. Multiples domaines skiables (ski alpin, snowboard), mais aussi randonnée sportive (raquettes, ski de fond) l’hiver et rando, escalade, via ferrata, VTT, descente, rafting l’été. N’étant qu’à 2 heures de route de Bordeaux, même pour un week-end, on trouve toujours une bonne raison d’aller s’aérer.  

-Les Landes : plus grande forêt artificielle d’Europe crée par Napoléon, c’est un des symboles fort de notre région. Des pins, des pins et encore des pins. A n’en plus finir. Idéal pour aller se balader, faire du vélo ou découvrir les jolies petites bourgades plantées au beau milieu de cette forêt. Et surfer sur les plages à perte de vue…

-Le vignoble : du plat pays, de l’eau, du soleil, des châteaux et un savoir faire unique. Bienvenu dans la cave la plus connue d’Europe ! Sauternes, Graves, Médoc, Bordelais, et plein d’autres terroirs à découvrir, encore et encore, à aller visiter et à venir déguster. Bordeaux, c’est le pays du bon vin. Partout, tout le temps !  

-Le Pays Basque : une région dans la région. Des traditions préservées, un territoire d’exception entre mer et montagne, une joie de vivre inégalée, un accent bien trempé, vous voilà au Pays Basque. Faites attention, vous risquez de ne jamais en revenir.

-Les Férias : de la fête de la fête et encore de la fête ! Dans la rue, toute la nuit, et dans la bonne humeur. Quand à la tradition se mêle le goût de la fête. Mont de Marsan, Dax, Bayonne, Pampelune, Tyrosse … à chaque week-end sa féria, ou presque ! Ramenez votre béret, votre tenue rouge/blanc ou bleu/blanc, votre litron et votre bonne humeur. Vous vous sentirez chez vous.  

-Périgord/Gascogne : les terroirs de la bonne bouffe ! Foie gras, magret : le canard dans tous ses états !  

  • Et la médecine d’urgence à Bordeaux, ça donne quoi ?

C’est avant tout une équipe pédagogique à l’écoute des remarques sur les différents stages et des projets professionnels de chacun, qui préserve une vraie relation avec les référents des internes. 

Une formation théorique et pratique avec notamment la réalisation de plusieurs séances de simulation dans le nouveau centre SIMBA-S du CHU de Bordeaux, mais aussi dans différentes périphéries.

Des repos de gardes toujours respectés dans les différents stages, l’obligation pour tous les services de libérer les internes pour assister aux cours de DES et aux simulations.

L’accès à de très bon stages qui sont « fléchés » pour la médecine d’urgence et qui sont équitablement répartis dans les principaux centres hospitaliers de la région.

Pour en savoir plus n’hésite pas à aller voir la carte des stages sur le site !